La miséricorde,
une chance
pour la vie

 

Médiateur, médiatrice de réconciliation

Jour 2: lundi, semaine 1

 

Pardonner ou être pardonné

Nous sommes invités à tenir pour sacrés ces moments d'appel à pardonner et à être pardonnés.

Notre expérience nous rappelle que la capacité de pardonner demeure toujours un mystère. En fait, il est difficile de préciser le moment où nous pouvons enfin voir dans la personne qui nous a blessés une autre que celle qui a causé notre douleur. Cela s’applique aussi aux moments où nous avons besoin d’être pardonnés.

La capacité de ne pas laisser les blessures passées et présentes dominer nos vies, de pardonner ou d’être pardonnés et de chercher la réconciliation, vient de l’intérieur. C’est grâce à un acte de liberté intérieure que nous arrivons au pardon et à la recherche de réconciliation. Malgré notre grand respect pour le sacrement de réconciliation et même si nous confessons peut-être nos péchés de concert avec la communauté à chaque Eucharistie, nous savons que le pardon et la réconciliation représentent un long processus.

«Le pardon est le moyen déposé dans nos mains fragiles pour atteindre la paix du cœur. Se défaire de la rancœur, de la colère, de la violence et de la vengeance, est la condition nécessaire pour vivre heureux.»

Pape François, Le visage de la miséricorde, #9

 
 

Réflexion

Réfléchissons à ces situations de conflits face à ce qui vient des autres mais aussi devant ce que nous-mêmes provoquons et parfois regrettons.

  • M'arrive-t-il de donner une chance à quelqu'un de se reprendre à la suite d'un conflit qui laisse des blessures, à l'exemple du vigneron de la parabole du figuier?
  • Suis-je prêt à créer des conditions favorables à une meilleure entente dans mes relations?

Prière

Saint François d'Assise

Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix,
Là où est la haine, que je mette l’amour.
Là où est l’offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l’union.
Là où est l’erreur, que je mette la vérité.
Là où est le doute, que je mette la foi.
Là où est le désespoir, que je mette l’espérance.
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie.

O Seigneur, que je ne cherche pas tant à
être consolé qu’à consoler, à être compris qu’à comprendre,
à être aimé qu’à aimer.

© 2016. Tous droits réservés à la Congrégation de Notre-Dame.
Les images et le texte présentés dans ces pages ne peuvent être reproduits sans l'autorisation de leur auteur.