Your browser is not Javascript enable or you have turn it off. We recommend you to activate for better security reasonJamais trop tard…

Accueil > Nouvelles

Jamais trop tard…

Fernande Cantin, CND

Soeur Lorraine Caza

Celles qui ont connu l’atmosphère de la soirée aux Éditions Paulines, le 15 octobre dernier, savent de quoi je parle : une soirée empreinte de témoignages éloquents, une soirée marquée par une présentation vivante de madame Françoise Deroy-Pineau, une soirée qui nous a permis d’entendre les réactions spontanées, authentiques de sœur Lorraine Caza, une soirée où un volume se vendait comme des p’tits pains chauds.

Il n’est pas trop tard pour féliciter une femme de prière, une femme d’action, une sœur, une amie qui nous réunissait, nombreuses, nombreux dans une salle trop petite pour l’occasion. J’entends encore, dans cette belle assemblée, des laïques et des religieux qui profitaient d’une question au micro pour y faufiler des commentaires élogieux.

Il n’est pas trop tard pour dire MERCI et FÉLICITATIONS !

Plus proche de nous dans le temps, s’est tenu à l’Université Laval le colloque sur la vie consacrée. Le saviez-vous ? Sœur Lorraine Caza est intervenue, cette fois, pour répondre à la question : « À quelles conditions les communautés nouvelles peuvent-elles avoir un avenir au Québec ? » Dynamique et convaincue, sœur Lorraine a très bien rempli le contrat. Son texte sera publié sous peu et vous aurez la chance de savourer des idées lumineuses.

À ce même colloque, on avait proposé à sœur Madeleine Rochette une conférence à deux voix avec sœur Gilberte Baril, O.P.

Sous le titre « Vivre le présent avec passion » la question se posait ainsi : « Mutations à opérer et conversions à réaliser ». Le contenu, autant que l’harmonie de la présentation, ont su capter l’attention et susciter de chaleureux applaudissements à deux femmes porteuses d’élan et d’espérance.

Soeur Madeleine Rochette

Gilberte Baril, O.P. (photo : Daniel Abel)

Il faut dire que le colloque faisait place à des conférenciers et des conférencières de marque : doyen de la faculté de théologie, vicaire général, évêque de Longueuil, évêque de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, madame Denise Bombardier et j’en passe. Comme sœurs de la Congrégation de Notre-Dame, nous avons éprouvé une fierté légitime en entendant les propos de sœur Madeleine et de sœur Lorraine. Simplicité et humilité, conjugués à la compétence, sont leurs marques de commerce. Et Marguerite Bourgeoys en est la plus heureuse; elle me l’a dit.

Chère sœur Madeleine, chère sœur Lorraine, ce passé récent, nous le regardons avec reconnaissance; en votre compagnie, nous prenons le beau risque d’embrasser l’avenir avec espérance.

Pas trop tôt pour commencer…

 

Retour à l'index précédent Toutes les nouvelles
© Tous droits réservés Congrégation de Notre-Dame, Montréal, Québec, Canada