Your browser is not Javascript enable or you have turn it off. We recommend you to activate for better security reasonL’Épiphanie

Accueil > Nouvelles

L’Épiphanie

Agnès Ngo Nken CND

Se fête le 2e dimanche après Noël, soit 12 jours après la naissance de Jésus. Les chrétiens fêtent la venue des Rois mages qui viennent à la crèche pour s’agenouiller devant l’enfant Jésus.

Après avoir accueilli avec joie la nouvelle de la naissance de Dieu dans notre humanité à Noël, après avoir célébré dimanche dernier Jésus, Marie et Joseph comme étant le modèle chrétien de la famille fondée sur l’amour, la paix et l’unité dans la foi, nous sommes invités, en ce dimanche de l’Épiphanie, à entreprendre, à la suite des Mages, le pèlerinage de la confiance à travers les déserts de nos vies, car nous célébrons trois choses :

L’universalité : Dieu choisit de se manifester à tous les peuples, de se montrer au monde entier.

L’enfance : c’est autour d’un enfant couché dans une crèche que tous les peuples sont convoqués, c’est dans un enfant que Dieu se dévoile.

Le partage : l’Épiphanie est aussi la fête du partage et de la générosité.

Nous célébrons aujourd’hui une triple fête : la fête des peuples, la fête de l’enfance, et aussi la fête du partage et de la générosité. Je vais m’arrêter sur le dernier point qui est la fête du partage et de la générosité.

Nous voyons les mages avec trois types de présents qui ont une forte signification.

L’or, métal précieux par excellence, est synonyme de beauté, de richesse et de gloire : en Jésus, il honore donc le roi par excellence.

L’encens, en raison de sa fumée qui s’élève vers le ciel et se répand partout, est synonyme de prière et d’adoration : il manifeste la divinité de Jésus

La myrrhe, elle est utilisée pour les parfums des noces et des ensevelissements. Ce parfum évoque l’humanité de Jésus destinée à la souffrance et la mort.

Ces précieux cadeaux disaient donc la royauté, la divinité et l’humanité de Jésus. 

Nous sommes les Mages d’aujourd’hui, et l’enfant-Dieu nous invite à lui offrir ce que nous avons de plus précieux, c’est-à-dire nous-mêmes, nos vies et nos personnes, avec ce qu’elles contiennent comme projets, comme joies, mais aussi comme misères. Car à travers un enfant, Dieu a voulu s’approcher de nous de la plus simple des façons, pour que nous puissions accéder à LUI avec notre être et notre avoir.

Comme les mages, nous les consacrée avons chaque jour le désir de chercher Dieu d’une manière particulière. Voilà pourquoi nous avons voulu nous rendre disponibles à chercher une étoile qui nous indiquerait le chemin à suivre. Et l’étoile brille encore pour nous au quotidien dans la grâce de notre vocation. Nous le suivons cet Enfant divin qui ne cesse de tendre les mains vers nos présents. À savoir:

- l'or, qui Pour nous, est un cœur détaché de tous les biens de la terre pour nous attacher librement à lui ;

la myrrhe, qui Pour nous, est le renoncement à tout bonheur de ce monde pour participer en échange à la vie et aux souffrances de Jésus ;

- l'encens, qui pour nous, est le renoncement à nous-mêmes pour nous perdre dans la volonté divine.

En définitive, cette manifestation de Dieu en Jésus à l’humanité nous invite à reconnaître que chaque peuple est appelé à adorer Dieu selon ses richesses humaines, culturelles et matérielles, à condition de lui ouvrir son cœur et de le reconnaître dans les plus petits, les faibles et les plus démunis. Puisse donc la fête de l’Épiphanie nous aider à toujours célébrer notre foi en l’Emmanuel dans la simplicité, dans l’accueil et le respect de nos différences, dans le partage de nos richesses. Et que cet accueil et ce partage fassent fleurir partout la justice, qu’ils fassent faire durer la paix jusqu’à la fin des lunes, c’est-à-dire pour les siècles des siècles. Amen!

 

Retour à l'index précédent Toutes les nouvelles
© Tous droits réservés Congrégation de Notre-Dame, Montréal, Québec, Canada