Your browser is not Javascript enable or you have turn it off. We recommend you to activate for better security reasonDeuxième dimanche de l’Avent 2018

Accueil > Nouvelles

Deuxième dimanche de l’Avent 2018

Frances MacDougall, CND

Crédit photo: Marie-Claire Dugas

Les lectures d’aujourd’hui nous invitent à nous encourager les unes les autres à modifier nos façons d’agir pour nous préparer à la venue du Christ. Que signifie ce message pour nous, disciples de Marguerite Bourgeoys, qui a façonné sa propre vie sur le rôle de Marie dans la Visitation et dans l’Église des premiers chrétiens? Le rôle de Marie, alors qu’ils se rassemblaient à la Pentecôte dans l’attente de la venue de l’Esprit, était d’être une source d’encouragement pour tous les membres de l’Église primitive.

Dans la lecture de l’Évangile de ce dimanche, Luc demande à Jean le Baptiste de nommer les leaders civils et religieux de l’Ancien Testament. Je me souviens, dans les années 1980, avoir demandé à ma classe de secondaire «Pourquoi étudions-nous l’Ancien Testament?». Une étudiante a répondu «pour que nous ne tenions pas pour acquis la venue du Christ».

Ces lectures de l’Avent sont un rappel pour que nous nous demandions si nous tenons la venue du Christ pour acquise. L’Évangile de Luc est très conscient du fait que Jésus est l’accomplissement des Écritures hébraïques. Jean le Baptiste fait le pont entre le temps d’avant Christ et son avènement, et il voyage dans tout le Jourdain en annonçant que «tous verront le salut de notre Dieu».

De quelles manières sommes-nous invitées à préparer les voies du Seigneur? Pensez à quelqu’un qui vous a aidée à changer et à devenir une meilleure personne.

Quelle est la meilleure façon d'inviter les gens à changer leurs habitudes? En leur signalant leurs défauts? En les encourageant? En leur disant «Tu peux le faire»? Nous savons par expérience que si nous mettons quelqu'un au défi de changer et qu'il n'y a pas un certain niveau de confiance, la relation se brise. La meilleure façon d'amener la plupart d'entre nous à changer est d'encourager ce qu'il y a de meilleur en nous plutôt que de souligner nos défauts. Nous répondons tous mieux au changement quand on nous rappelle que «celui qui a commencé en vous un si beau travail le continuera jusqu’à son achèvement» comme Paul le rappelle aux Philippiens.

Alors que nous poursuivons ce chemin de l'Avent et sommes reconnaissantes «pour le salut de notre Dieu», demandons la grâce de grandir dans la confiance en nos institutions, tant ecclésiastiques que politiques, et soyons des sources d'encouragement pour ceux qui sont à la périphérie. Que tous ceux qui cherchent à aider les autres soient des signes d'encouragement et de réconfort pour nous. Dans un esprit de mutualité, soyons conscients que ceux qui sont à la périphérie peuvent être des signes d'encouragement pour nous.

 

Retour à l'index précédent Toutes les nouvelles
© Tous droits réservés Congrégation de Notre-Dame, Montréal, Québec, Canada