Accueil > Nouvelles

Pain Potage : Hommage à Marguerite Bourgeoys

Stéphanie Manseau

Photo : L’équipe de leadership de la Congrégation avec des invitées du Carrefour Marguerite-Bourgeoys

Le Carrefour Marguerite-Bourgeoys célébrait le 375e anniversaire de Montréal en organisant un repas pain et potage en hommage à Marguerite Bourgeoys ce mercredi 11 octobre à la Maison mère de la Congrégation de Notre-Dame.

En présence du conseil d’administration du Carrefour, de la Leader et du Conseil général de la Congrégation, de représentantes du conseil de la province Marguerite-Bourgeoys ainsi que de Monseigneur Lépine, Archevêque de Montréal, madame Mylène Archambault, directrice du Carrefour, a accueilli l’assemblée et présenté l’une des fondatrices de l’œuvre, sœur Lise Perras, qui en a rappelé la genèse. Interpelée par une question qu’on lui avait posée lorsque, récemment arrivée dans le quartier Centre-Sud, dans les années 1980, sœur Lise avait commencé à en rencontrer les résidents, elle se met à réfléchir avec des compagnes CND. On lui avait demandé « Qu’est-ce que le Bon Dieu en fait, de nos problèmes? » C’est pour répondre à cette question et surtout au besoin qu’elle révélait que sœur Lise, en compagnie de sœur Danielle Mineau, sœur Louise Gélinas et la regrettée sœur Cécile Poissant, ont mis sur pieds le Carrefour Marguerite Bourgeoys. L’œuvre vise à briser l’isolement des gens, notamment au moyen de cours offerts dans différents domaines et donnés par des professeurs bénévoles. Le temps a passé et le Carrefour a déménagé mais la mission continue!

Soeur Lise Perras

Après le repas, sœur Denise Brunelle est venue expliquer à l’assemblée qui était Marguerite Bourgeoys. Soucieuse de toujours rappeler le contexte historique dans lequel l’action de Marguerite prenait place, sœur Denise a mis l’emphase sur la capacité d’adaptation de celle qu’on appelait « la Mère de la colonie ». L’instruction donnée par Marguerite aux adultes comme aux enfants visait à les rendre « capables », à les préparer à faire face aux réalités de leur vie au Nouveau-Monde. Elle a toujours préconisé que ses filles devaient « se rendre habiles en toutes sortes d’ouvrages ». De même Catherine Crolo, recrutée par Marguerite et première métayère de la ferme Saint-Gabriel, fut-elle aussi engagée à nourrir, à « rendre capables », les gens de la colonie. Sœur Denise cite une ancienne version du Notre Père qui fait le lien avec cette idée du labeur : « Notre pain pour tenir jusqu’à demain, donne-le nous aujourd’hui » : il s’agissait de fortifier le corps et l’âme pour avoir la capacité de continuer, d’aller plus loin.

Soeur Denise Brunelle

Le « pain et le potage » promis par Marguerite à ses filles étaient simples, mais soutenants, à l’image du pragmatisme et de la foi de sainte Marguerite. Les sœurs CND qui ont fondé le Carrefour Marguerite-Bourgeoys avaient à cœur un même objectif de soutenir et de « rendre capables » les gens du quartier où elles vivaient. Cette œuvre se poursuit aujourd’hui, donnant à ceux et celles qui en profitent la force de continuer demain.

Soeur Nicole Bernier en bonne compagnie!

Carrefour Marguerite-Bourgeoys

Page Facebook du Carrefour Marguerite-Bourgeoys

Crédit photo: Marie-Claire Dugas

Retour à l'index précédent Toutes les nouvelles
© Tous droits réservés Congrégation de Notre-Dame, Montréal, Québec, Canada