Your browser is not Javascript enable or you have turn it off. We recommend you to activate for better security reasonInauguration de la nouvelle exposition temporaire Vues sur l'éternité au Musée Marguerite-Bourgeoys

Accueil > Nouvelles

Inauguration de la nouvelle exposition temporaire Vues sur l'éternité au Musée Marguerite-Bourgeoys

Stéphanie Manseau, Service des communications

Le mercredi 28 mars en soirée s’ouvrait la nouvelle exposition temporaire du Musée Marguerite-Bourgeoys consacrée aux icônes byzantines de l’artiste Rosette Mociornitza.


Madame Rosette Mociornitza


Inaugurée sous la présidence d’honneur de madame Annamaria Popescu, mezzo-soprano de renommée internationale (et ancienne élève de Marianopolis !) et en présence de l’artiste, l’exposition nous invite à découvrir à la fois les œuvres et la spiritualité chrétienne orthodoxe.

Après un chaleureux mot de bienvenue, monsieur Stéphane Chagnon, directeur du Musée, a présenté sœur Patricia Simpson qui a raconté sa propre découverte des icônes, lors d’un voyage en Grâce en 1995. Sœur Patricia nous prépare ainsi à les découvrir à notre tour. Nous abordons en effet des œuvres qui nous sont peu familières.

Madame Annamaria Popescu nous explique brièvement ce qu’elles représentent. Les icônes donnent un aspect visible au divin. À ce titre, elles ne sont pas œuvres d’art, mais œuvres spirituelles. Le processus de création est lui-même empreint de recueillement et de prière. Chaque représentation du Christ, de la Madone ou des Saints correspond à des règles fixées dans la tradition qui remonte, dit-on, au premier iconographe, Saint Luc. Ainsi, le choix des couleurs, la position des pieds du Christ enfant, la représentation de la bouche, etc. ont-ils toujours un sens précis.

Vénérées, mais non adorées, les icônes sont une fenêtre spirituelle qui renvoie à la divinité.

Dans la crypte du musée où nous étions rassemblés nous avons eu ensuite le bonheur d’entendre s’élever les voix de madame Popescu et de quatre de ses étudiants, entonnant un Pater Noster et un Ave Maria.


Soeur Monique Tremblay nous accueille au Musée

Nous voilà prêts à découvrir les icônes dans les deux salles de l’exposition. Au premier abord elles surprennent. Du noir ? Des couleurs sombres ? Des yeux immenses ? Personnellement, je trouve le Christ bien austère. J’entends même quelqu’un commenter « on dirait bien le Dieu de l’Ancien Testament ». Il se dégage cependant des œuvres une lumière, un rayonnement particulier. Oui, elles attirent et, en fixant notre regard, elles appellent à la contemplation et à l’intériorité. Plusieurs Vierges à l’Enfant sont représentées, ainsi qu’une Madone des Douleurs très douce. L’émotion passe.


Soeur Danielle Dubois et soeur Fernande Cantin


Soeur Josephine Badali en compagnie de soeur Suzanne Marquis

Une surprise, parmi ces icônes, un visage connu. Je vous laisse le plaisir de le contempler.

 


 

 

Retour à l'index précédent Toutes les nouvelles
© Tous droits réservés Congrégation de Notre-Dame, Montréal, Québec, Canada