Your browser is not Javascript enable or you have turn it off. We recommend you to activate for better security reasonJoie de la présence de Dieu dans la maison commune

Accueil > Nouvelles

Joie de la présence de Dieu dans la maison commune

Denise Lamarche, CND

C’est Noël pour le monde

À prévoir :

Des personnes

Une présidente de la célébration : P.

Une ou des lectrices : L.

Une ou plusieurs sœurs prêtant leur voix : V.

Ce qui est écrit en gras est dit ou chanté par toute la communauté.

 

Le visuel

Celui de la page couverture qui sera composé pendant la célébration :

Tout d’abord, le dessin de la terre, dès le début de la célébration.

Ensuite, à tour de rôle, les quatre personnages d’un premier groupe; puis les quatre du second groupe et, enfin, les quatre du troisième groupe.

 

Les chants

Les choisir selon qu’on est encore en Avent ou après Noël.

 

Musique d’intériorisation si on le souhaite pendant les moments de silence méditatif.

                                                                                                                                            

1.  ENTRÉE EN CÉLÉBRATION

 

P. Il est présent notre Dieu, présent en chair humaine. Il est venu pour notre paix, il est venu pour notre joie.

Il est présent dans notre maison commune[1]. Il est présent sur toute la terre même si souvent nous ne le reconnaissons pas.

Regardons notre planète terre, notre mère, la terre. Dansons de joie autour d’elle. Jésus y est présent. Il est le cadeau du Père.

 

Si la célébration a lieu avant le jour de Noël, on installe la première partie du visuel (la terre sans les personnages) devant laquelle on déposera Jésus en temps voulu.

Si la célébration a lieu après Noël, on installe cette même partie du visuel pour qu’elle fasse un ensemble avec la crèche déjà préparée.

 

V.  Jésus, cadeau du Père à l’humanité est venu manifester la grande miséricorde du Père.

 

Apprends-nous, Seigneur, les voies de la miséricorde.

 

Il a vu et il voit la misère du cœur des personnes qui semblent ne pas trouver sens à la vie.

 

Apprends-nous, Seigneur, les voies de la miséricorde.

 

Il a vu et il voit la misère du cœur des enfants abandonnés et maltraités.

 

Apprends-nous, Seigneur, les voies de la miséricorde.

 

Il a vu et il voit la misère du cœur des parents inquiets de l’avenir de leurs enfants.

 

Apprends-nous, Seigneur, les voies de la miséricorde.

 

Il a vu et il voit la misère du cœur des pauvres, victimes d’injustice.

 

Apprends-nous, Seigneur, les voies de la miséricorde.

 

Il a vu et il voit la misère des personnes exclues, méprisées, souffrantes de toutes les souffrances.

                                                                                                                                .

Apprends-nous, Seigneur, les voies de la miséricorde.

 

Il a vu et il voit toutes les violences, toutes les injustices, tous les maux dont souffrent les peuples du monde entier.

 

Apprends-nous, Seigneur, les voies de la miséricorde.

 

P.  En cette année de la miséricorde, nous voulons te célébrer, Seigneur, en  regardant notre passé avec reconnaissance, en vivant notre présent avec passion, en embrassant notre avenir avec espérance[2]. Nous savons et nous croyons que tu combles de ta présence amoureuse chacun de nos ans et les âges de tout l’univers. Nous t’en remercions en chantant :

 

¯                 Ô Dieu présent dans notre histoire,

                     tes bienfaits sont reconnus.

                     Et la vie d’aujourd’hui est reçue,

                     nous passionne et célèbre ta gloire.

                     Notre espérance, chantons

                     et l’avenir, embrassons.

                                            (Air : Sainte nuit)

 

 

2.         REGARDER LE PASSÉ AVEC RECONNAISSANCE

                    

L.                  Noël, occasion privilégiée d’un regard en arrière

                     pour y déceler les interventions de notre Dieu

                     dans la vie de son peuple!

 

                     Noël, fête de reconnaissance

                     à notre Dieu

                     dont l’amour gratuit est toujours manifesté.

 

V.  Regardons le passé. Faisons mémoire des patriarches, particulièrement de notre père Abraham à qui Dieu a dit : « Va dans la terre que je te montrerai » (Gn 12,1). Remercions le Seigneur de s’être révélé au monde par Abraham, Isaac, Jacob.

 

Seigneur, nous regardons ce long passé et nous y reconnaissons ta présence miséricordieuse.

 

On place un premier personnage de la première série autour de la terre.

 

V.   Regardons le passé. Faisons mémoire des prophètes, particulièrement d’Isaïe,  témoin du Dieu qui dit : « Si tu marches dans le feu, tu ne te brûleras pas » (Is 43,2). Remercions le Seigneur de s’être révélé au monde par Isaïe, par Jérémie, par Ézéchiel et par les autres prophètes.

 

Seigneur, nous regardons ce long passé et nous y reconnaissons ta présence miséricordieuse.

 

On place un deuxième personnage de la première série.

 

V.  Regardons le passé. Faisons mémoire de Marie, de Joseph et surtout de Jésus ayant vécu le premier Noël. Remercions le Seigneur qui « après avoir, à bien des reprises et de bien des manières, parlé autrefois aux pères par les prophètes […] nous a parlé à nous par un Fils qu’il a établi héritier de tout par qui aussi il a créé les mondes » (Hé 1,1-2).

 

Seigneur, nous regardons ce long passé et nous y reconnaissons ta présence miséricordieuse.

 

On place un troisième personnage de la première série.

 

V. Regardons le passé récent. Regardons ce temps écoulé depuis notre dernier Noël. Quels sont nos motifs de reconnaître la présence de Dieu et la grâce dont il nous a comblées au cours de cette année? Dans un moment de silence, rendons grâce à Dieu pour les bénédictions qu’il nous a accordées, qu’il a accordées à notre communauté, à notre famille, à l’Église, au monde…

 

Après quelques minutes de silence pouvant être soutenu par de la musique, on dit :

 

Cette année de la vie consacrée, nous te la présentons, Seigneur. Avec reconnaissance nous la remettons entre tes mains.

 

On place le quatrième personnage de la première série.

 

Si on est en Avent : Aube nouvelle (E130)           1er couplet

 

¯                 Aube nouvelle dans notre nuit,

                     Pour sauver son peuple, Dieu va venir.

                     Joie pour les pauvres, Fête aujourd’hui!

                     Il faut préparer la route au Seigneur (bis)

 

Si on est à la veille de Noël ou après Noël : Voici Noël (Cénacle)

 

¯                 Voici Noël, alléluia,

                     Noël, Noël, alléluia

                     Voici Noël, alléluia

                     Alléluia, alléluia.

 

 

3.         VIVRE LE PRÉSENT AVEC PASSION 

 

L.                  Noël, c’est la joie des enfants,

                     du moins pour ceux qui sont aimés et choyés…

                     Noël, c’est un temps pour dire

                     les « je t’aime » souvent enfouis en nos cœurs…

                     Noël, c’est le désir de paix

                     pour les peuples de bonne volonté…

 

                     Noël, c’est l’aujourd’hui de Dieu

                     dans le présent de nos vies…

                     Noël, c’est ce présent, cet aujourd’hui

                     que nous assumons avec passion…

 

V. Présent, n’est-ce pas un mot synonyme de cadeau? Et le plus beau cadeau de Dieu, n’est-ce pas Jésus, son Fils et celui de Marie? Vivre le présent, c’est    recevoir, minute après minute, seconde après seconde, le cadeau du Père, son plus beau cadeau : le Seigneur Jésus, celui-là même qui a dit : « Je suis venu, ô Dieu, pour faire ta volonté » (He 10,7).

 

Comme Jésus dont toute la vie a été passion d’amour, nous voulons nous-mêmes vivre avec passion.

 

On place le premier personnage de la deuxième série.

 

V.  Ce présent que nous voulons vivre avec passion est celui qui porte au monde un poème. Ce poème c’est Jésus lui-même : un poème qui dit au mieux qui est Dieu et qui est l’être humain. Car « le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous et nous avons vu sa gloire, cette gloire que, Fils unique plein de grâce et de vérité, il tient du Père » (Jn 1,14).

 

Comme Jésus dont toute la vie a été passion d’amour, nous voulons nous-mêmes vivre avec passion.

 

On place le deuxième personnage de la deuxième série.

                    

V.  La vie appelle la vie. Noël nous convie à la vie. En effet, le Jésus de Noël  « est venu pour que les humains aient la vie et qu’ils l’aient en abondance » (Jn 10,10). À la suite de Jésus, nous voulons nous aussi, chaque jour de notre vie, favoriser la vie pour tous les humains.    

 

Comme Jésus dont toute la vie a été passion d’amour, nous voulons nous-mêmes vivre avec passion.

 

On place le troisième personnage de la deuxième série.

           

V. Qu’est-ce qui nous provoque aujourd’hui à vivre notre présent avec passion? Qu’est-ce qui, dans notre vie missionnaire, nous passionne? Qu’est-ce qui, dans notre vie communautaire, nous passionne? Est-ce la paix? L’honnêteté? La dignité? Quoi encore?

 

Après quelques minutes de silence pouvant être soutenu par de la musique, on dit :

 

Cette année de la vie consacrée, nous te la présentons, Seigneur. Garde-nous passionnées pour ton amour et pour celui de nos sœurs et de nos frères humains.

 

On place le quatrième personnage de la deuxième série.

 

Si on est en Avent : Aube nouvelle (E130)           2e couplet

 

¯                 Bonne Nouvelle, cris et chansons,

                     Pour sauver son peuple, Dieu va venir.

                     Voix qui s’élève en nos déserts.

                     Il faut préparer la route au Seigneur (bis)

 

Si on est à la veille de Noël ou après Noël : Voici Noël (Cénacle)

 

¯                 Voici Noël, alléluia,

                     Noël, Noël, alléluia

                     Voici Noël, alléluia

                     Alléluia, alléluia.

 

                    

 4.Embrasser l’avenir avec espérance

 

L.                     Noël est à prendre dans nos bras

                       comme un enfant nouvellement né

                       dont l’avenir est plein de promesses…

                       L’aujourd’hui de Noël ouvre sur demain.

                       Il grandira l’enfant

                       et en lui se construira l’adulte

                       qui aura appris à rencontrer,

                       à partager, à communier,

                       à donner sa vie.

                      

                       Noël ouvre une porte sur l’avenir

                       que nous embrassons avec espérance...

 

V. Nous inspirant du passé et nous appuyant sur ce qu’a été la vie des passeuses et des passeurs d’espérance comme Élisabeth et Zacharie, comme Marie et Joseph, comme les bergers et les mages, nous embrassons l’avenir qui nous est donné, avec grande espérance car nous croyons au message des anges : « Il vous est né […] un Sauveur qui est le Christ Seigneur » (Lc 2,11).

 

L’avenir que tu nous offres, nous l’embrassons avec une espérance indestructible. Il est à toi, il est pour toi, Seigneur.

 

On place un premier personnage de la troisième série autour de la terre.

 

V.  Nous imitons la confiance inébranlable des petits, des malades, des rejetés qui s’approchaient de Jésus de Nazareth et qui, comme le lépreux, lui disaient en insistant : « Si tu le veux, tu peux me purifier » (Lc 5,12).

 

L’avenir que tu nous offres, nous l’embrassons avec une espérance indestructible. Il est à toi, il est pour toi, Seigneur.

 

On place un deuxième personnage de la troisième série.

 

V. Nous contemplons et nous admirons l’incommensurable espérance de Jésus demeuré fidèle au Père comme le Père lui est demeuré fidèle. C’est ainsi que, progressivement, il en viendra à dire à Dieu : « Père, je remets mon esprit entre tes mains » (Lc 23,46).

 

L’avenir que tu nous offres, nous l’embrassons avec une espérance indestructible. Il est à toi, il est pour toi, Seigneur.

 

On place un troisième personnage de la troisième série.

 

V. Quelle recherche de bonheur que la nôtre ! Puisque notre Sauveur est venu habiter parmi nous, nous croyons que nous sommes, avec tant d’autres, héritières du salut qu’il nous offre gratuitement. « C’est en espérance que nous sommes sauvés » (Rm 8,24). Comment entrevoyons-nous notre avenir?  Embrasser notre avenir avec espérance, serait-ce cela : « justifier notre espérance devant ceux qui nous en demandent compte » (1 P 3,15)?

 

Après quelques minutes de silence pouvant être soutenu par de la musique, on dit :

 

L’avenir que tu nous offres, nous l’embrassons avec une espérance indestructible. Il est à toi, il est pour toi, Seigneur.

 

On place le quatrième personnage de la série.

 

Si on est en Avent : Aube nouvelle (E130) 3e couplet

 

¯                 Terre nouvelle, monde nouveau.

                     Pour sauver son peuple, Dieu va venir.

                     Paix sur la terre, ciel parmi nous.

                     Il faut préparer la route au Seigneur (bis)

 

Si on est à la veille de Noël ou après Noël : Voici Noël (Cénacle)

 

¯                 Voici Noël, alléluia,

                     Noël, Noël, alléluia

                     Voici Noël, alléluia

                     Alléluia, alléluia.

 

 

5.         Conclusion de la célébration

 

P.                  Seigneur notre Dieu,

                     tu es le Maître du temps :

                     le Maître de notre passé.

 

                     Donne-nous de le regarder toujours avec reconnaissance.

 

P.                  Tu es aussi le Maître de notre présent.

 

                     Donne-nous de le vivre avec passion.

 

P.                  Tu es encore le Maître de notre avenir.

 

                     Donne-nous de l’embrasser avec espérance.

 

P.                  Comble-nous et comble le monde entier de ta miséricorde.

                     C’est là le cadeau de Noël que tu peux offrir

                     aux hommes, aux femmes, aux enfants

                     de toute la terre, de toute la maison commune.

 

                     Alors, habitée par ta présence,

                     chacune de tes créatures

                     pourra vivre le temps qui lui est donné

                     en apportant au monde sa part de beauté,

                     sa collaboration à la paix,

                     son invitation à la joie.

 

                     Et en toute vérité,

                     nous échangerons des vœux

                     en sollicitant la participation de toute personne

                     à la fête :

 

¯                 C’est Noël, viens chanter :

                     Paix à toute la terre!

                     C’est Noël, viens chanter :

Un Sauveur nous est né.

            (Air : Edelweiss)

 

[1] Image souvent employée par le pape François

[2] Ces trois objectifs sont ceux donnés par le pape François à tous les consacrés à l’occasion de l’année de la vie consacrée.

 

Retour à l'index précédent Toutes les nouvelles
© Tous droits réservés Congrégation de Notre-Dame, Montréal, Québec, Canada