Qui est Marguerite Bourgeoys?

Accueil > Notre histoire > Sainte Marguerite Bourgeoys

 

Marguerite Bourgeoys est une personnalité historique de la Nouvelle-France (aujourd'hui la province de Québec au Canada) et elle figure en tant que pionnière du Nouveau monde. Originaire de Troyes en France, elle participe aux côtés de Jeanne Mance et Paul de Maisonneuve au développement de Ville-Marie (ville de Montréal) et elle y crée la première école de la Nouvelle-France. Marguerite rêve d'un monde plus juste. Elle tisse des liens respectueux avec les Amérindiens, elle accueille les immigrants, incluant les Filles du Roy, et elle leur enseigne comment survivre sur le nouveau continent.

Maguerite Bourgeoys est canonisée en 1982 par Jean-Paul II et devient la première sainte canadienne. Personnalité religieuse québécoise importante, elle participe, entre autres, à la construction de la première chapelle à Montréal. Elle est aussi la fondatrice d'un ordre religieux catholique.

Les événements marquants de sa vie

17 avril 1620

Naissance et baptême à Troyes, France.

7 octobre 1640

Lors d'une procession à la Vierge du Rosaire, une expérience spirituelle transforme le cœur de Marguerite et interpelle sa foi. « …je me trouvai si touchée et si changée que je ne me reconnaissais plus. » (Écrits de marguerite Bourgeoys p. 234)

16 novembre 1653

Elle arrive à Ville-Marie après une longue traversée de l'Atlantique. Sur le bateau qui l'amène de la France au Canada, éclate une épidémie de peste; Marguerite soigne les malades et ensevelit les morts.

30 avril 1658

Elle ouvre la première école dans une étable de pierre que lui a donnée Paul Chomedey de Maisonneuve.

1658 - 1680

Elle effectue trois voyages en France pour aller chercher des recrues et voir aux affaires de la Congrégation.

1671

Le roi Louis XIV autorise l'établissement de la Congrégation de Notre-Dame en Nouvelle-France. Marguerite revient de France avec six compagnes.

1675

La construction de la Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours commencée en 1655 est terminée.

1676

Monseigneur de Laval autorise Marguerite et ses compagnes institutrices de Ville-Marie à vivre en communauté sous le nom de « Filles séculières de la Congrégation ».

24 juin 1698

Les règles de la Congrégation sont définitivement établies. Les religieuses font profession et vouent solennellement leur vie au service de Dieu et des gens.

12 janvier 1700

Marguerite s'éteint à l'âge de 79 ans. Pour les habitants de Montréal, elle est « Sainte Marguerite ».

31 octobre 1982

Le pape Jean-Paul II canonise Marguerite Bourgeoys et donne à l'Église du Canada sa première sainte.

Aujourd’hui

Les sœurs et les personnes associées à la Congrégation de Notre-Dame poursuivent l'œuvre de Marguerite Bourgeoys à travers le monde

Une femme de rêve et d’action

Image adaptée à partir d'une œuvre de Victoire Roy, CND

 

Une touche particulière de Dieu transforme le cœur de Marguerite alors qu'elle regarde une image de Marie.

Elle se sent appelée à imiter la vie de Marie sur terre et veut qu'il en soit ainsi pour toutes celles qui entreront dans sa congrégation.

Tout comme Marie, Marguerite « ne s'est jamais exemptée d'aucun voyage où il y eut quelque bien à faire, (…) quelque œuvre de charité à exercer. »

(Écrits de marguerite Bourgeoys p. 82)

Elle traverse l'océan Atlantique à sept reprises pour les besoins de la colonie et de sa communauté, malgré tous les dangers que comportent ces longs voyages. Au cours des traversées, elle soigne les malades et réconforte les mourants.

Elle fonde l'une des premières communautés de femmes non cloîtrées qui vont vers les gens pour se rapprocher d'eux et répondre à leurs besoins. Elle réside avec les Filles du Roi pour les aider à s'adapter à leur nouveau pays. À l'image de Marie qui aide les premiers chrétiens à bâtir la Nouvelle Église après la mort de son Fils, Marguerite veut participer à la fondation d'une société où s'incarnerait l'idéal de la première communauté chrétienne.

Travaillant au côté de Monsieur de Maisonneuve, elle consacre sa vie à bâtir « une Nouvelle Église dans un nouveau monde » et relève avec créativité les défis de son temps. Pionnière de l'éducation, elle ouvre la première école en Nouvelle-France où elle enseigne les matières scolaires et religieuses et les arts ménagers aux mères et à leurs enfants. Femme d'action, elle s'est faite travailleuse sociale, mentor, conseillère e t médiatrice pour répondre aux nombreux besoins de la colonie. Respectueuse de la culture autochtone, elle confie l'instruction des petites Amérindiennes à deux Iroquoises partageant son grand rêve. Femme de cœur et de foi, Marguerite Bourgeoys est surnommée « mère de la colonie ».

Marguerite Bourgeoys racontée par les sœurs

Pour en savoir plus sur notre fondatrice

Liens

Article rédigé par Stéphan Martel,
Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française
Vrai portrait de Marguerite Bourgeoys

Dictionnaire biographique du Canada en ligne
BOURGEOYS, MARGUERITE, dite du Saint-Sacrement

Diocèse d’Edmundston
Sainte-Marguerite Bourgeoys, pionnière audacieuse

Le Saint-Siège
Marguerite Bourgeoys (1620-1700)
Fondatrice des Soeurs de la Congrégation de Notre-Dame

Musée Marguerite-Bourgeoys
et Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours
Marguerite Bourgeoys

Documents écrits

Beaudoin, Marie-Louise, CND,
Les Premières et les Filles du roi à Ville-Marie
Montréal, Édition maison St-Gabriel, 1996, 71p.

Bernier, Hélène,
Marguerite Bourgeoys
Montréal, Fides, 1958, 94 p.

Chicoine, Émilia, CND,
La Métairie de Marguerite Bourgeoys
Montréal, Fides, 1986, 359 p.

Gauthier, Édith et autres,
Marguerite Bourgeoys : bandes dessinées
Rome, Éditions du Signe, 1998, 32 p.

Lambert,Thérèse, CND,
Marguerite Bourgeoys.Éducatrice, Mère d'un Pays et d'une Église
Montréal, Les Éditions Bellarmin, 1995, 141p.

Langlois, Yvon,
Blanche orchidée : Jeanne LeBer
Montréal, publié à compte d’auteur, 1994, 135 p.

Martel, Suzanne,
Au temps de Marguerite Bourgeoys quand Montréal était
un village

Ottawa, Éditions du Méridien, 1982, 331 p.

Poissant, Simone, CND,
Marguerite Bourgeoys (1620-1700)
Montréal, les Éditions Bellarmin, 1982, 94 p.

Quigley,Florence, CND,
En compagnie de Marguerite Bourgeoys
Ottawa, Novalis, 1982, 124 p.

Simpson, Patricia, CND,
Marguerite Bourgeoys et Montréal 1640-1665
traduit par Simone Poissant, CND
McGill Queen’s University Press, 1999, 269 p.

Simpson, Patricia, CND,
L’audace des commencements
Montréal, Fides, 2009, 118 p.

Les Soeurs de la Congrégation de Notre-Dame
Marguerite Bourgeoys « Les grands moments de l'Église canadienne »
Scénario: Pierre Dhombre.Illustrations: Alain d'Orange Paris, Montréal, Éditions Fleurus, 1989, 48 p.

Sur les pas de Marguerite Bourgeoys à Montréal
circuit de visite à pied.
Musée Marguerite-Bourgeoys, 2000, 32 p.

© Tous droits réservés Congrégation de Notre-Dame, Montréal, Québec, Canada